Les administrateurs canadiens sont préoccupés par l’économie et la stabilité politique

nov. 30, 2018
 
Le dernier sondage Sous la lentille de l’Institut des administrateurs de sociétés révèle que les administrateurs ont de moins en moins confiance dans l’économie et la stabilité politique canadiennes, mais considèrent la gouvernance et l’inclusion comme des avantages économiques concurrentiels pour le pays.
 
Entre autres résultats, le sondage mené par le groupe Environics Research révèle que :
 
  • Parmi les personnes interrogées, seulement 28 % croient que l’économie s’améliorera au cours des prochains deux à cinq ans — une baisse importante par rapport aux 52 % qui croyaient que la situation s’améliorerait il y a un an.
  • Seulement 29 % croient que l’économie mondiale s’améliorera au cours des prochains deux à cinq ans, comparativement à 43 % qui croyaient qu’elle s’améliorerait il y a un an.
  • Quarante pour cent croient que l’économie mondiale se détériorera au cours des prochains deux à cinq ans.
  • Quarante-cinq pour cent se sont dits préoccupés par la stabilité politique nationale du Canada au cours des prochains deux à cinq ans, estimant qu’elle va s’aggraver au cours de cette période, comparativement à 25 % l’an passé.
 
Consultez le sondage ici.
 
« Les administrateurs sont préoccupés par l’environnement économique canadien et mondial », a déclaré Rahul Bhardwaj, président et chef de la direction de l’IAS. « L’incertitude commerciale et le protectionnisme persistants, les décisions politiques imprévisibles dictées par le nationalisme et le populisme ainsi que les nouveaux gouvernements provinciaux de certaines régions du pays ne sont que quelques-uns des facteurs qui expliquent ce manque de confiance. »
 
Les administrateurs considèrent l’inclusion et la tolérance du Canada, ainsi que la gouvernance, comme des avantages concurrentiels majeurs. Il reste toutefois encore du travail à faire en ce qui concerne le climat commercial canadien.
 
Le sondage de l’IAS révèle également que soixante-seize pour cent des administrateurs considèrent la société inclusive et tolérante du Canada comme un facteur clé de notre capacité à concurrencer sur la scène internationale. De plus, soixante et onze pour cent estiment que la gouvernance canadienne nous rend plus concurrentiels à l’échelle mondiale. Les répondants ont relevé des faiblesses apparentes qui nuisent à la compétitivité du Canada, notamment la fiscalité des entreprises, l’innovation en recherche et développement et l’application de la réglementation.
 
« Il est clair que les administrateurs reconnaissent que le Canada possède certains atouts fondamentaux comme l’inclusion, la tolérance et la bonne gouvernance. Ces qualités culturelles importantes nous aident à attirer les meilleurs et plus brillants talents et stimuleront la progression de l’économie du savoir », a déclaré M. Bhardwaj. « Bien que les récentes initiatives en matière d’investissement en immobilisations puissent être utiles, il est également essentiel pour notre prospérité future que nous mettions à profit nos forces culturelles et que nous continuions de nous concentrer sur le climat commercial du Canada. »
 
 
Certaines questions relatives au capital humain, pas toutes, sont au cœur des préoccupations des administrateurs
 
Les résultats montrent également que les administrateurs sont conscients de certains des enjeux qui ont une incidence sur le bien-être et la productivité de ceux et celles qui travaillent dans leurs entreprises. Par exemple, 71 % d’entre eux ont élaboré ou discuté de l’élaboration d’une stratégie pour aborder la question de la santé et du bien-être au travail, y compris de la santé mentale. Par contre, les questions liées à la légalisation du cannabis (47 %), au vieillissement de la population et à son impact sur le milieu de travail (48 %) et à l’inégalité croissante des revenus (31 %) étaient moins susceptibles d’avoir été abordées comme des questions stratégiques.
 
« Bien que les administrateurs n’aient pas encore abordé certaines questions relatives au capital humain qui exigeront dorénavant une plus grande attention, ils reconnaissent l’importance d’élaborer des stratégies qui favorisent le bien-être de leurs employés », a déclaré M. Bhardwaj. « Cela est essentiel pour soutenir une culture d’entreprise positive, créer une main-d’œuvre hautement performante et, en fin de compte, renforcer l’économie canadienne. »  
 
À propos de l’IAS
 
L’Institut des administrateurs de sociétés (IAS) est une association professionnelle à but non lucratif représentant les administrateurs et les conseils canadiens dans les secteurs à but lucratif, à but non lucratif et des sociétés d’État. L’IAS compte plus de 13 500 membres et 11 sections régionales dans tout le Canada et encourage le partage des connaissances et de la sagesse au moyen de la formation, de programmes et services de développement professionnel ainsi que d’un leadership éclairé. Les membres de l’IAS de tous les secteurs de l’économie surveillent au-delà d’un billion de dollars dans la capitalisation boursière et les institutions touchant la vie de pratiquement tous les Canadiens et Canadiennes.
 
À propos du sondage
 
Ce sondage a été effectué par Environics Research auprès de 604 administrateurs et administratrices entre le 15 septembre 2018 et le 19 octobre 2018, pour un taux de réponse global de 4,7 %. Un échantillon de cette taille produit des résultats qui peuvent être considérés comme précis jusqu’à ± 4 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Share